Philosophie ou souvenirs

« La vérité est comme un sac de couchage. » Audrey trouvait cette phrase incongrue. Le concept de la vérité apparaissait assez clairement dans son esprit, mais elle n’arrivait pas à le lier au sac de couchage. Elle passa quelques minutes à essayer d’associer les deux avant de se rendre compte que la solution était surement dans l’émission qui avait asséné cela. Elle se concentra alors à nouveau sur la télé pour entendre : « Et voilà pourquoi la vérité est un sac de couchage. » Elle regarda applaudir tous ces gens et le visage fier du philosophe. Néanmoins, l’explication était déjà passé et elle se retrouvait seule avec ses interrogations. Elle éteignit le poste, bien décidée à passer à autre chose. Tant pis, encore un chose, qu’elle ne comprendrait pas. Pourtant cette fois-ci, le phrase tournait sans cesse dans sa tête. Elle avait à cœur de comprendre le sens de cette comparaison. L’idée lui vint alors de relire la définition de la vérité. Elle se leva et alla chercher le Larousse dans l’étagère du bureau. « Qualité de ce qui exprime pleinement la réalité de quelque chose, expression fidèle de a nature. » Elle referma le dictionnaire et tourna les mots dans sa tête. Non, rien ne lui faisait faire un détour par le sac de couchage. Sac de couchage et réalité. Sac de couchage et nature. Ah cela allait plus de pair mais toujours pas avec la vérité. Elle avait l’impression d’être à l’école pendant les cours de philo. Elle se souvenait distinctement aimé se triturer le cerveau à l’époque, mais c’était il y a longtemps. Elle se souvint alors qu’elle avait un vieux sac de couchage rangé quelque part dans le placard de l’entrée. Peut-être que cela l’aiderait d’avoir l’objet réel. Parce qu’un concept c’était déjà bien assez. Elle se leva brusquement et couru presque vers le placard dans sa hâte de comprendre enfin. Elle fit coulisser la porte et contempla l’amas d’objet. Où pouvait-il être ? Elle se visualisait le ranger dans sa tête mais n’arrivait pas à se souvenir si c’était en hauteur ou en bas. Elle se mit sur la pointe des pieds pour l’étage supérieur. Non rien. Bon surement en bas, derrière les valises. Elle les sortit une par une puis poussa les manteaux pour atteindre le matériel de camping tout au fond. Le souffle court, elle émergea avec son trophée dans les mains. Elle l’examina, essaya d’en déterminé la lourdeur. Il était gris et orange. Bien plus petit et léger que dans ses souvenirs. Il sentait un peu le renfermé après des années oublié dans un coin. Elle l’emporta dans le salon et se rassit sur le canapé. Cette tâche accomplit son cerveau se concentra à nouveau sur cette énigme. La vérité et le sac de couchage. Elle se faisait tout un monde de redécouvrir cet objet mais il était exactement comme l’image qu’elle s’en faisait. Aucune révélation en vue. Elle décida donc de le déplier. Elle appuya sur le clips et le fit coulisser le long de la ficelle. Puis elle agrandit le trou en haut du sac de rangement. Elle attrapa le tissu roulé en boule, et dans sa sonorité et sa forme, elle entendit encore : « Un sac de couchage ne se roule pas mais sa bourre sinon cela casse les fibres.  » Un sourire se dessina sur son visage mais ce n’était pas le sujet. Elle l’étala sur la table basse et l’observa. Gris et orange comme l’extérieur. Forme sarcophage pour être bien calé. Intérieur en coton parce que sinon c’est désagréable. Capuche qui se resserre pour garder la chaleur. Elle descendit la fermeture éclair délicatement. Tous ses souvenirs remontaient doucement. Les journées passées dehors ou au pied de la tente. Et les nuits au coin du feu. Ce qui devait être un moyen d l’aider à décrypter la phrase devenait plus une escapade dans sa mémoire. Elle pouvait presque sentir le feu de bois, sa chaleur sur son visage et le froid dans son dos, le goût du chamallow grillé dans sa bouche. Elle ferma les yeux et se plongea dans ces moments magiques et lointains. Enigme complètement oubliée.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.