Poèt Poèt

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent, écrivit Baudelaire. Associons-les, dans une profonde amphore, et laissons l’imagination sortir. Dans les jardins de Saint-Étienne, est né l’hymne qui sera repris dans les stades « Allez les vers !». Les plages d’Atlantique sont trempées dès que le vent d’Ouest se lève. Vent d’Ouest, pluie céleste s’affiche sur une banderole en gare de la Baule. Sous-titre « On vous aura prévenus ». C’est dans cette station qu’elle a achevé le trajet célébrant ses 30 ans. Un relooking s’imposait. L’accueil de l’établissement thermal était clair. Une hôtesse récita la phrase traditionnelle « Retrouvons la liberté de la libellule et la grâce qui lui est donnée ». Elle resta un instant bouche bée, la valide sur ses pieds.

– Ne restez pas genêt, souriez ! insista la jeune femme. Je vais vous conduire dans votre chambre.

Un lit simple, un abominable bonnet de bain rétro, un peignoir… rose.

– Ah, c’est…

– Osez le rose ! Cette couleur à vous toute entière s’impose ! martela l’hôtesse.

– Et pour les messieurs, les peignoirs sont…

– Bleus comme des oranges ! S’ils étaient noirs, il n’y aurait plus d’espoir.

– Bien, bien, mademoiselle a des références.

– Avant de vous conduire chez le docteur Rocher, je vais vous communiquer les grandes lignes de votre emploi du temps. A 18h45 précises est servi l’apéritif. Si le docteur Solide est d’accord, vous aurez droit à du rire, du vin, du chagrin…

– C’est si triste ?

– Non, enfin si… il refuse de boire avec moi. Il me répète cette phrase énigmatique « Sortir des eaux profondes et voir flotter les fleurs de lotus ». Je ne comprends pas pourquoi il me parle autant de PQ. Vous allez me trouver drôle, mais j’ai attaché des arraché des feuilles de papier Lotus, et je les ai laissées flotter, côté fleur. Eh bien… rien ! Vous en pensez quoi, vous ?

– Ah ! Les hommes ! Laissez le vent porter vos rêves. Peut-être un jour le docteur Rocher-Solide vous invitera à faire un petit tour, avant un grand…

– Four ? J’étais sûre que vous alliez me dire ça ! Je ne suis pas son genre, pas vrai ?

– Mais non, mais non, un grand Jour. Avec un J comme j-en-ai-un-peu-marre-de-vos-jérémiades.

– Oui, eh bien je ne m’appelle pas Jérémie ! Je m’appelle Rosetta. Alors la suite : à 20h très précises, ce sera le dîner. Ce soir le chef servira sa recette inspirée de la rizière nourricière. Et 22h et zéro minute, vous devrez être dans votre chambre.

En attendant, veuillez me laisser votre valise. Après la cure de relooking, vous devrez dire adieu à son contenu. A moins de postuler au titre de Miss Sac à Patate dans le camping des flots bleus.

Si vous avez des questions, vous pouvez m’appeler depuis votre chambre. Composez le 99.

Déshabillez-vous, enfilez le peignoir et les sandales, je vous conduis chez le docteur Mamour.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.