Rêveries

Laissons-nous aller aux rêves

Laissons le vent porter nos rêves,

Pour un petit tour et un grand tour,

Ouvrons nos oreilles au vent

Qu’il nous murmure, qu’il nous susurre, qu’il nous assure de retrouver la liberté rêvée.

 

Sortons des eaux profondes,

Sortons des gouffres aux grands fonds,

Pour un petit tour ou un grand tour,

Ouvrons nos oreilles au vent

Qu’il aspire, qu’il expire, qu’il nous épargne le pire.

 

Pleurons de rire,

Pleurons de vivre,

Pour un petit tour ou un grand tour,

Ouvrons nos oreilles au vent

Qu’il siffle, qu’il souffle la rose des vents.

 

Plongeons d’un coup,

Plongeons jusqu’au cou,

Pour un petit tour ou un grand tour,

Ouvrons nos oreilles au vent,

Qu’il vacille ou qu’il vrille, qu’il nous invite à sortir des grilles.

 

Rions jusqu’à pleurer,

Rions jusqu’à sautiller,

Pour un petit tour ou un grand tour,

Ouvrons nos oreilles au vent,

Qu’il nous porte, nous exhorte à ouvrir cette porte.

 

Mais quelle porte ? Quelle entrée ? Quelle ouverture ? Quelle issue  peut s’ouvrir à nous ?

Emporté par les rêves, porté par l’imagination, étouffée par une étrange sensation, la rose a soufflé le vent comme un tourbillon.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.