Trésor (s)

– Maman, quand je serai grand, je voudrais être pirate !
– Ah, y a des études pour ça ? le taquina sa grande sœur.
– Mais, euh, t’arrête de m’embêter ! J’vais l’dire à Maman !
– Les enfants, allez, on est gentils, on mange sa soupe. Il faut aussi avoir de la force pour être pirate, mon chou, et ne pas attraper le scorbut.
– Le score but ? N’importe quoi, Maman, je t’ai dit que je voulais être pirate, pas footballeur.
– Le scorbut, en un seul mot, c’est une maladie de pirate.
Théo avala sa soupe à une vitesse dont personne ne le pensait capable du haut de ses sept ans.
– Je veux être pirate et je ne serai pas malade parce que j’ai mangé toute la soupe.
– C’est bien mon cœur. Dis-moi, c’est sympa comme métier, pirate, tu veux bien me dire comment t’est venue l’idée.
– En fait, c’est un secret mais je veux bien vous le dire si vous me jurez, crachez que ça reste entre nous.
– Promis, répondit la famille en levant la main droite.
– Alors voilà, avec Mathis, on a trouvé une carte au trésor.
– Ah oui ? se moqua Alexa.
– Chérie, laisse ton frère raconter.
– Oui, laisse-moi raconter parce que, quand tu connaîtras l’histoire, tu verras, tu voudras aussi être pirate quand tu seras grande.
– Pff…c’est ça.
– Ben tu vois, cette carte, elle est carrément énigmatique, elle a été déchirée trois fois pour brouiller les pistes sur le lieu secret du trésor. Avec Mathis, on a tracé des droites, des perpendiculaires, des parallèles…
– Oh l’autre, il place son cours de maths !
– Oui, ça sert aussi les maths, Alexa, rétorqua son frère. Parce que même ton appli Tinder, c’est des algorithmes, ça n’a rien à voir avec ton futur prince charmant.
– C’est plus fort que toi. Et ben, si le prince charmant n’existe pas, les pirates non plus !
– Et One piece alors, c’est qui ? C’est bien des pirates !
– Ce sont. T’es peut-être bon en maths mais le français, faudra repasser.
– Les enfants, on se calme, interrompit le père.
– Oui mais c’est pas juste, c’est elle qui a commencé.
– C’est trop injuste, l’imita-t-elle.
– Théo, et donc, tu veux être pirate pour récupérer le trésor, c’est ça ? relança la mère.
– Ben oui.
– Et quand tu auras trouvé le trésor ?
– Maman, ça pourra prendre toute la vie, tu sais. Mais je saurai être patient.
Et toi, Alexa, tu veux faire quoi quand tu seras grande ? demanda Théo.
– Je suis déjà grande, minus ! J’ai une vie moi, des potes et tout.
– Ah et tu ne veux pas nous raconter ? s’intéressa Théo.
– Ben non, c’est ma vie, dit-elle en s’écartant de la table. Je peux aller dans ma chambre et attendre que le jour se lève ?
– Tu ne veux pas rester avec nous ce soir ? Qu’on discute de choses et d’autres, de façon éparse ou ordonnée ?
– Oh la la, même la demande est compliquée. Non merci, j’ai envie d’être dans ma chambre, regarder les Insta et Snap de mes potes.
– Et ils s’appellent comment tes potes ?
– Ben, mes potes !
– Bonne nuit, mon cœur, on t’aime, lança la mère à la silhouette qui s’engouffrait déjà dans le couloir.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.