Un cake à la banane pour Noel

  • Maman, Maman ! je peux aller me balader ?

La petite fille gambadait d’un pied sur l’autre dans la cuisine, elle ne tenait pas en place. Sa maman venait de mettre au four un cake à la banane, son gâteau préféré.

Le cake à la banane était une tradition, que dis-je, une institution chez les Lemoine, à l’approche de Noël. Le mois de décembre venait de commencer et une période particulière allait s’ouvrir : celle des décorations de Noël. Du haut de ses neuf ans, Jade aimait particulièrement ce moment de l’année. Le sapin acheté la veille trônait déjà dans le coin du salon qui lui était réservé. Bientôt, l’étoile magique de Noël se planterait sur sa branche la plus haute, les boules viendraient se placer tout autour et surtout la guirlande électrique le ferait briller de mille feux.

Pour l’instant, c’étaient les yeux de Jade qui brillaient d’impatience en attendant l’autorisation maternelle.

Celle-ci finit par accepter en soupirant. Sa fille finissait toujours par l’avoir à l’usure. Mieux valait la laisser partir se promener plutôt que de l’avoir dans les jambes !

  • Ne pars pas trop loin, lui lança-t-elle cependant, alors que la petite fille franchissait la terrasse comme une fusée.
  • Je vais juste chez les voisins voir Jennifer, répondit celle-ci avant de disparaître.

La maman ne fut pas surprise. Jennifer était la meilleure amie de sa fille, bien qu’avec deux ans de plus.

Le calme revenu, la maman décida de descendre du grenier la boite de décorations. Elle aussi devait avouer qu’elle aimait bien la période de Noël. Elle ouvrit en souriant le carton à trésors : des guirlandes en tout genre, des boules s’y amoncelaient, puis tout au fond, elle trouva quelques CD de musique enfantine. Elle en sortit un, amusée et le plaça dans le lecteur.

Des chansons, des guirlandes, un cake à la banane selon la recette de sa grand-mère, ça ne doute jamais ! Ce Noël-ci serait encore plus beau que les précédents.

—-

Le soleil avait disparu derrière les nuages, le cake à la banane, odorant, couleur miel, trônait sur la table de la cuisine et s’était refroidi.

Muriel s’aperçut soudain que sa fille Jade n’était pas encore rentrée.

  • Elle exagère quand même ! pesta-t-elle intérieurement en regardant sa montre : 18h15. La nuit était déjà tombée.
  • Elle est tellement distraite, se dit-elle, qu’elle n’aura pas vu l’heure. Je vais l’appeler.

Elle composa d’abord le numéro des voisins, mais le numéro sonna plusieurs fois dans le vide. Elle composa alors le numéro du portable de sa fille. La sonnerie, comme une clochette orientale, retentit dans la pièce voisine.

Muriel soupira : Et elle n’a pas pris son portable en plus !

Elle ferma son livre de recettes resté ouvert sur la table de cuisine, attrapa sa doudoune, saisit son écharpe orange au passage, glissa son portable dans sa poche et sortit dans le froid. Le ciel était dégagé et on pouvait voir des étoiles scintiller dans le lointain.

Le vent n’était pas trop fort, mais son murmure faisait danser les feuilles des arbres dans un bruissement qui lui parut soudain éprouvant dans l’incertitude qu’elle ressentait.

Elle mit cinq minutes à peine à franchir la distance qui la séparait de la propriété voisine, mais à sa grande surprise en arrivant, la maison baignait dans l’obscurité.

Où étaient-ils donc tous passés ?

Soudain, elle aperçut une feuille accrochée sur le portail de la maison.

Elle s’en approcha. C’était une espèce de croquis qui pour elle n’eut ni queue ni tête. Agacée, elle reprit le chemin de sa maison avec un peu plus d’inquiétude qu’à l’aller.

Arrivant sur la terrasse, elle perçut soudain un petit rire. « Surprise ! ». Sa fille Jade, accompagnée de Jennifer, se jeta dans ses bras en riant.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Un cake à la banane pour Noel

  1. murielD dit :

    Une évocation qui nous ramène à notre enfance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.