Un été orageux

Le soleil émerge après sa longue course effrénée autour de la terre. L’énergie qu’il délivre emplit de force chaque être vivant. L’été arrive à grands pas, il fait chaud. Je ressens l’odeur enivrante des fleurs, ce doux parfum laisse un goût sucré sur mes papilles qui, hélas, reste éphémère, emporté par le souffle venteux qui fait bouger le feuillage.

Alors énervée par le bruit d’un orage qui se profile, je ressens le vent qui claque comme un élastique et ne peut m’en défaire. La pluie vient s’en mêler quand l’éclair commence à jaillir. Mais l’été est bien là, car les gouttes sont tièdes et ne tarissent pas la source de chaleur émise par le soleil. Il fait doux, il fait moite, c’est le temps d’un été orageux.

Dur d’imaginer que quelques mois plus tôt aucune goutte de pluie n’était venue tapisser le sol. Triste sort que cette terre affamée d’eau. Heureusement libérée par l’arrivée d’une pluie diluvienne à la lueur d’un soleil d’été lors d’une journée venteuse où l’orage se mêla à la chaleur ambiante. Ce temps déroutant marqua l’état d’un changement effarant : le passage d’une sécheresse accablante à une oasis de fraîcheur.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.