Faut-il noyer l’oiseau moqueur ?

– Une deux, une deux, une deux… Plus vite ! Plus vite !

– Arrêtez ! dit la cascade, on ne s’entend plus couler !

– Oh toi, la dégoulinante, ça suffit ! Tu peux nous laisser rigoler tranquillement et regarder tous ces imitateurs de sportifs débutants.

– C’est pas faux qu’ils sont vraiment… pas très beaux à voir. A les entendre, j’ai l’impression qu’il y a une nouvelle ligne de train à vapeur qui traverse le bois.

– T’es givrée, toi !

– Ça va, ça va ! Ça vole pas bien haut non plus, dans vos arbres !

– Elle est susceptible, la flotte !

– Papa, c’est quoi « susceptible » ?

– C’est lorsque l’eau ne supporte pas d’être agitée.

– Ah ! Alors, quand le vend souffle et nous chatouille les ailes, il rend la mer susceptible ?

– Tu as déjà vu la mer, toi ?

– Moi non, mais Papy, oui. Il a 91 ans. Il m’a tout raconté.

Silence.

– Pourquoi tu t’es arrêté ?

– Parce que Papy, il siffle. Il s’arrête. Et il continue de siffler après. Comme ça, il n’est jamais énervé.

A propos Emmanuelle P

C'est un peu par hasard que j'ai découvert le plaisir d'imaginer des histoires. D-Ecrire des vies. Et j'ai trouvé avec Cécile et Philippe, et tous les participants, de quoi cultiver l'enchantement. Merci à tous.
Ce contenu a été publié dans Balade-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.