Et puis soudain…….

Et puis soudain il y eut cette rupture de rythme. Ce rythme dicté par une nécessite  extérieure . Ce rythme imposé, dedans, dehors. La mesure du temps venue d’ailleurs et, étrangement, ce temps retrouvé dans une inaction bénéfique ou plutôt dans une action concentrée, sans contretemps, sans rupture. Ce fut le temps de l’intériorité, de la mise à nu des vrais liens, de la redécouverte de nos potentiels . Ce fut le temps brimé, encadré et masqué et pourtant ce fut aussi le temps inexploré, le temps retrouvé, le temps apprivoisé.

Et puis soudain la liberté. On s’est retrouvé projeté dans l’infini du temps et de l’espace et nos corps assignés à résidence ont été pris de folie. Marcher, encore marcher et voir enfin de nouveau le soleil se coucher, flâner dans les parcs verdoyants à la nuit tombée. Tapoter du pied au bord d’une allée à vingt heures, quelques graviers blancs…avec encore une heure devant soi. Et puis l’envie de partager des cafés sur une terrasse, même voilée de pluie. Ah oui qui dira le plaisir des gouttes d’eau sur le nez, assis avec des amis au bistrot du coin où l’on s’est donné de loin des baisers enflammés. Ce fut le temps des retrouvailles, même prudentes, même à distance, mais les bras qui se cherchent, mais les mots doux à un mètre et mon fils qui me dit: » ajuste bien ton masque, je vais te serrer dans mes bras »nous mourions d’envie d’entrer par effraction dans de l’humain, dans du poignant, dans de l’affectif incontrôlé ! Nous le savions à peine et nous en frémissons de plaisir

Et puis soudain une autre frénésie, cheval, vélo, train, voiture, charrette. Partir. Galoper, rouler, rouler de plus en plus vite, de plus en plus loin. S’attarder dans une gare surpeuplée, bagage léger, masque sur le nez, gel sur les mains, partir. Laisser les plaines flamboyantes de colza défiler devant la fenêtre d’un Tgv, entrevoir des étangs miroitants et des pruniers en fleurs. C’est beau la Normandie, c’est beau le Lot et Garonne, c’est beau les collines, c’est beau la mer. Les jours passent éphémères et fluctuants, de rétractation en expansion.

Et puis soudain on est prêts à chanter…

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.