Les trouvailles de Mathilde

C’est l’histoire d’un coffre en bois cadenassé et abandonné sur le trottoir un soir de ramassage des encombrants.

C’est l’histoire d’une petite fille très curieuse d’en découvrir le contenu et qui décide de le récupérer.

C’est l’histoire du contenu du coffre qui alimentera les rêves de la fillette.

Tout commence un soir lorsque Mathilde découvre un coffre en bois sur le trottoir. Un joli coffre en chêne clair fermé par un cadenas. Il est assez lourd mais, avec l’aide d’un petit voisin, elle réussit à le transporter jusque chez elle. Ses parents ont beau avoir l’habitude de ses trouvailles qu’elle nomme « des machicouleux », celle-ci plus importante que de coutume suscite des commentaires exaspérés de la part de son Papa. Notre petite brocanteuse tient bon, elle veut connaitre le contenu du coffre.

 Pour l’instant elle le regarde silencieusement, du bout de ses petits doigts elle caresse le couvercle et lui trouve de l’élégance. La curiosité de Mathilde est contagieuse et le père malgré sa contrariété arrive avec une paire de pinces pour sectionner le cadenas. ATTENTION de ne pas l’abimer ou alors de l’abimer délicatement ! Le cadenas coupé, elle le dégage tout doucement pour profiter encore un moment du mystère. L’attente est terminée et elle en découvre l’intérieur avec ravissement.

D’un mouvement brusque elle referme le coffre, elle veut être seule pour faire l’inventaire de son trésor. Demain, demain on verra. Pour l’instant il est l’heure d’aller se coucher.

Réveillée au milieu de la nuit, tout doucement elle se lève. Ses pieds frolent à peine le parquet. Chut, pas de bruit les parents dorment…

Le coffre est là, il semble l’attendre. Sans bruit elle soulève le couvercle. Il est rempli de boites en carton en plus ou moins bon état. De certaines d’entre elles s’échappent des flots de rubans multicolores, de la soie, du velours, de la « triflette ». Depuis d’autres boites éventrées  les boutons coulent comme une petite rivière. Le plus beau pour Mathilde, ce sont les boucles de ceinture, toutes plus travaillées les unes que les autres -en argent, en cuir, en métal et même en plastique -. Tout au fond du coffre une corbeille remplie de perles et un magnifique morceau de soie.

Au matin ses parent l’ont trouvée endormie au milieu des dentelles et des rubans. Quoi de plus doux que de dormir parmi ses trésors !

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.