soleil de midi

Le temps s’étirait comme un fil sans fin,
L’air sentait le sable sec,
Le ciel bleu était irrigué de traînées blanches,
La mer était plate, sans écume,
Le vent avait cessé ses gémissements,
Les oiseaux avaient disparu,
Les insectes cherchaient l’ombre,
Les mouettes voletaient en silence,
La brume de chaleur laissait à peine deviner l’horizon,
Les coquillages laissés en vrac sur la plage par la dernière marée ne luisaient plus de mille feux,
Même les sons ne perturbaient pas cet espace.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.