A fleur de peau

 

La tête inclinée sur le côté, Elisabeth nous regarde. Par la fenêtre ouverte, le vent d’été rafraichit les visages, la pluie froide a cessé. Le jardin flamboyant exulte de couleurs et de senteurs. Sa fille tant chérie se love dans l’abri de ses bras. Dans la paume de sa main, elle sent le vivant de sa peau. Des étoffes soyeuses de leurs robes mêlées, un rugueux parfum de lavande, exhale. Au moment de cet instant suspendu, qui pourrait dire que cette femme d’action devrait traverser une révolution mouvementée, l’Europe et perdre son tendre enfant unique. Traverser la vie s’avère être un voyage chimérique.

 

N’écoute pas, ne regarde pas, il ne faut pas croire tout ce que l’on te dit. Garde ta liberté de penser. Un jour reviendra le temps de faire de nouvelles découvertes. Un certain équilibre retrouvé, le monde sera à nouveau à portée de main si les esprits restent ouverts. Nous pourrons nous mettre à l’abri dans des bras tendres et amis. Un papillon sur l’épaule, une cascade pour horizon, nous marcherons l’air dans les cheveux, le soleil sur la peau. Ecoute les reflets sur le lac, suis le chemin semé de cailloux, nous trouverons les trésors cachés au fond des grottes sous marines.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.