A l’heure du thé

Il est 17h dans trois minutes. Il n’est donc pas tout à fait 5h, ce n’est pas tout à fait l’heure du thé, la nuit n’est pas encore tout à fait tombée en ce 17 d’un mois d’automne.
– Tu savais que 17 c’est un chiffre porte-malheur en Italie ?
– Quoi, qu’est-ce que tu dis ? Ça ne tient pas debout !
– Ça tombe bien, tu es assis. Je t’explique, le 17 c’est comme le 13 chez nous pour les Italiens et tu sais pourquoi ?
– Ben non, mais il est 17h maintenant et c’est l’heure du thé.
– Et donc ? Ça veut dire que tu ne veux pas savoir ?
– Si, si, mais j’ai soif, j’ai froid et je prendrais bien mon thé d’abord.
– Tu fais vraiment jamais d’efforts !
– Mais si, quand j’aurai bu deux, trois gorgées.
– Tiens, ça y est, la bouilloire a cliqué. Tu veux quoi comme thé ?
– Une tisane avec du miel s’il te plaît.
– Laisse infuser et mélange bien sinon le miel va descendre au fond de la tasse.
-Mmmm, ça fait un bien fou !
– C’est bon, tu as bu deux, trois gorgées ?
– Oui, ça y est. Attends, je mets les pieds sur la table et je t’écoute.
– Parce que les pieds en l’air, ça te permet d’ouvrir tes oreilles ?
– Ben oui, tu ne savais pas ? C’est prouvé scientifiquement, comme c’est prouvé que les vers luisants et les lucioles c’est la même chose.
– Pfff, n’importe quoi ! Bon alors, tu veux savoir ou non pour le 17 ? Peut-être que t’arrêteras de le jouer au loto vu qu’il ne sort jamais ce numéro !
– Ah, on y est ! Tu vas me trouver une histoire à dormir debout pour ne pas jouer le 17.
– Non, c’est pas ça. J’en ai marre que tu campes sur tes positions et que tu restes immobile et réfractaire à tout nouveau numéro.
– Mais je joue des numéros importants pour nous deux !
– Et le 17, ça correspond à quoi alors ?
– Ben le 17, ça vient de, de…ben de ta date anniversaire !
– C’est bien ce que je dis, c’est pas le 17 ma date anniversaire. Tu as été trop rapide pour trouver ton excuse.
– Bon, c’est vrai, je joue le 17 mais c’est parce qu’il me manque un numéro à chaque fois. C’est par tirage au sort que c’est tombé sur le 17.
– Tu es sûr de ça ?
– Mais oui, dis-moi plutôt pourquoi c’est pas bien le 17, ça me mettrait en grande joie maintenant que j’ai bu mon thé.
– Et bien le 17 en chiffres romains, c’est l’anagramme de VIXI.
– Et donc ?
– Et bien, je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. Ça présage la mort.
– Et je ne peux pas jouer le 17 parce que ça présage la mort, c’est ça ? Une mort précoce comme tous les ancêtres de la famille ?
– C’est ça, je suis sûre qu’ils jouaient le 17 au loto tes ancêtres !
– Mais vraiment, c’est n’importe quoi. Tu crois vraiment à toutes ces superstitions ?
– Ecoute, je crois bien que le Père Noël passe par la cheminée. A mon âge avancé, j’aime bien y croire encore.
– Oui mais là, c’est plutôt positif et plein de rêves, ça ne parle pas de mort.
– Ben dis-le au Père Noël qui a dû mourir brûlé vif plus d’une fois !
– T’as mis quoi dans ton thé pour partir si loin dans ton délire ?
– Rien, rien mais écoute-moi s’il te plaît. Ce n’est pas en jouant le 17 qu’on va gagner au loto.
– Mais en jouant le 17, on peut ou du moins je peux mourir plus tôt que prévu.
– C’est ça !
– Tu le sais qu’on va tous mourir un jour, non ?
– Oui mais pas avant de gagner au loto, c’est clair ?

Il est 17h17. Le tirage du loto ne sera qu’à 20h, il va falloir patienter.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à A l’heure du thé

  1. Emmanuelle P dit :

    Je n’ai pas attendu 17h, ni 20h, pour rire devant ce texte très vif, enjoué… Virevoltant ! Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.