Caliméro

Ce matin, il y avait un post-it sur la porte du frigo « Caliméro m’a escroqué ! » Sur le moment, je n’ai pas compris ce qui pouvait bien se passer entre Caliméro, mon chat, et une escroquerie envers Samy, mon petit-ami, puisque c’était son écriture. Comment est-ce que Caliméro aurait pu escroquer Samy, il est doué pour un chat, mais quand même. J’ai appelé Caliméro pour savoir ce qu’il avait fait, mais il ne s’est pas déplacé et je l’ai trouvé paisiblement avachi sur le fauteuil. C’est vrai qu’il avait l’air coupable, mais il n’a rien voulu dire et quand je l’ai caressé pour lui tirer les vers du nez, il s’est carapaté en miaulant.


Je me suis préparée un déjeuner, il était presque 15 heures. C’était ma semaine de nuit à l’hôpital. Dans ces cas-là, on ne se voit presque pas avec Samy. On est en décalage. Je viens m’endormir contre lui au petit matin avant qu’il ne se réveille et que je m’endorme. Il travaille dans la journée et le plus souvent, je pars avant qu’il ne rentre. Parfois on se voit quelques heures. Il faudra bien qu’il se débrouille tout seul avec Caliméro. Au début quand on s’est fréquenté avec Samy, Caliméro était très jaloux. Je vivais seule avec lui, alors ce nouveau c’était une intrusion dans sa vie pépère. Samy a essayé de faire de son mieux, mais Caliméro est un peu têtu. J’ai fait cuire un filet de poulet au four, d’habitude il rapplique en miaulant, mais aujourd’hui, rien, il reste à l’écart de la cuisine.


Je me suis installée seule à la table de la cuisine pour manger mon poulet avec de la purée. Puis en allant chercher un dessert dans le réfrigérateur, j’ai remarqué sur le calendrier avec mon planning, une date entourée au feutre. Décidément, il y avait plein de mystères. Qu’est-ce que c’est ? Un anniversaire, une invitation, une escapade ? Trop difficile à savoir sans indice. J’ai pris une crème au caramel. J’ai interrogé Caliméro qui passait devant l’ouverture de la cuisine « Alors, qu’est ce qui se passe le 27 ? » mais il a continué, aussi lent qu’un escargot et s’est installé dans sa litière. Je ne pouvais rien en tirer. Je me suis accordé une ultime douceur, un carré de chocolat avec éclat de fèves de cacao. Heureusement que Samy pense à moi et veille à maintenir la réserve à niveau.


Je me suis installée dans le canapé pour paresser un quart d’heure, à rien, faire, seulement regarder au loin, écouter le silence sans le bip des machines qui nous appellent, sans sourire. Un rayon de soleil est passé soudain à travers la vitre alors je me suis levée, j’ai ouvert la porte-fenêtre et je suis sortie pieds nus sur la terrasse. J’ai offert mon visage au soleil qui fera sortir quelques tâches de rousseur. Les yeux fermés, le rouge derrière les paupières et la chaleur qui revient au printemps, j’étais bien. Je suis retournée à l’intérieur et j’ai attrapé un carambar dans le pot à bonbon. Puis, en mordillant le caramel mou, j’ai décidé de laisser un message pour Samy « Rend lui donc la monnaie de sa pièce ! »

A propos Julien V

Dans l'écriture, il y a une échappatoire à la réalité. Passionné de nouvelles, lecteur de nouvelles du monde entier, j'aime écrire les quotidiens, les petits détails, les fêlures des personnages. Vous retrouverez des nouvelles gagnantes de concours, publiées dans des revues ou coup de coeur sur mon blog d'écriture : www.herissontapageur.net Vous pouvez bientôt retrouver une de mes nouvelles  intitulé "Emma" dans la revue "L'allume feu" qui  paraîtra au mois de juin.
Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.