Matin d’automne

DahliasIl marche seul dans la forêt baignée de brume. Tout est calme. Les animaux dorment encore. Seules, quelques feuilles mortes tombent des arbres dans un ballet silencieux, comme au ralenti. Il aime particulièrement l’automne. La couleur des feuilles, le calme des matins, l’odeur des sous-bois, la lumière qui traverse le brouillard en des rayons obliques, la baisse de la luminosité qu’il trouve reposante. Le tumulte des beaux jours s’est tari, les fleurs ont changé. Bruyères, dahlias, hortensias séchés illuminent la saison. La chaleur de l’été l’oppresse. Il préfère la fraîcheur. L’été, il part à la mer et ne sort pas aux heures les plus chaudes. Ce qu’il aime, le soir, c’est aller voir le phare qui éclaire la baie et prendre un bain, nu, très tard lorsque tout le monde est rentré. Cette liberté retrouvée chaque été le transport vers ce qu’il est au plus profond de lui-même. 

La brume commence à se lever. Il arrive dans un espace rond, sans arbres. Un banc trône en son centre. Il s’y assoit quelques instants. Il imagine tout le monde venant le voir, lui si petit devant cette nature imposante. Il réfléchit à ce qu’a été sa vie jusqu’à présent. Il aurait aimé mieux la réussir, comprendre certaines choses plus tôt et s’en emparer. En percevoir le sens. Il est vivant, il peut encore se réveiller et recommencer. Il rêve qu’il nage dans cet océan de feuilles aux couleurs d’apparat lâchées par ces arbres qui l’entourent et le protègent.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.