Le tableau

J’allais de salle en salle, perdue dans les rêveries qu’éveillait la contemplation des œuvres. J’avais une fois encore ressenti une grande émotion devant la Victoire de Samothrace, sans me l’expliquer. Je savais juste que je n’étais pas la seule à être profondément ébranlée par cette sculpture. Un jour, j’avais vu un homme tomber à terre et se mettre à pleurer devant elle, en la découvrant.
Au détour d’une salle vide mal éclairée, mon œil fut attiré par une curieuse scène. Je regardais l’étiquette du tableau. Le nom du peintre m’était inconnu. C’était de l’huile sur bois daté de 1896. Il y avait dans le coin du tableau un nain debout sur une locomotive. Son visage était apeuré. Dans le reste du motif, une nymphe en train de nager. Je poursuivis ma visite, ralentis et m’en revins sur mes pas. Je voulais revoir Le Nain et la nymphe, mais en pénétrant dans la salle, le tableau n’y était plus. J’étais effarée. J’aurais juré qu’il y était quelques minutes plus tôt, mais je constatais qu’il s’était évaporé.
A la place, se tenait un petit tableau carré, représentant une carafe d’eau et des verres. Je frottais mes yeux. Une fenêtre donnait sur la Pyramide du Louvre. Je regardais les touristes photographier tous azimuts et revins à l’emplacement du tableau. La carafe d’eau et les verres n’avaient pas bouger.

Ce contenu a été publié dans Atelier Parent-Enfant. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.