Les rêves de Monsieur le Maire

Il fait beau. Monsieur le Maire a décidé d’être heureux. Sa ville est belle sous le soleil du printemps. Ses concitoyens en ont repris possession avec le déconfinement et de nouveau des éclats de rire et des cris d’enfants s’échappent des jardins publics et du bois tout proche.

Monsieur le Maire se promène et retrouve avec plaisir sa population. Il connait tout le monde, c’est son troisième mandat.

Depuis quelque temps il fait des rêves étranges, il préside l’inauguration d’un drôle de monument. Il essaye de lire les inscriptions sur la stèle mais les lettres s’effacent au fur et à mesure qu’il les déchiffre. Au matin, il oublie son rêve et se plonge dans le travail. Une ville à gérer demande beaucoup d’énergie. Les coups de fil, les réunions, les dossiers … Il n’arrête pas. Le soir chez lui, et même quelque fois au milieu de la nuit, le téléphone lui rappelle qu’il est au service de la ville.

Cette nuit, il retrouve son monument à inaugurer. Les lettres ne se dérobent plus. Le monument est un hommage aux « victimes d’accidents stupides ». La fanfare joue la Marseillaise, tous les officiels sont là : le conseil municipal au complet, le préfet, ses administrés. Monsieur le Maire se penche et dépose une gerbe de fleurs multicolores au pied du monument « pas de chance ». A ce moment précis, la stèle s’est fissurée et s’est écroulée sur Monsieur le Maire. Cris d’effroi parmi la foule rassemblée. Il se réveille en sursaut.

Aujourd’hui, il a une réunion importante. Le sujet est délicat et divise ses administrés. La centrale au charbon arrive à la fin de sa vie – oui, Monsieur le Maire en parle comme d’une personne-. Une personne qui, il y a des dizaines d’années, a apporté du travail et de la modernité à sa ville. Il est question d’en prolonger le fonctionnement mais plus personne n’en veut. Tous demandent son arrêt immédiat, ils parlent d’elle comme d’une pestiférée.

La réunion s’est terminée tard, la nuit est courte, Monsieur le Maire rêve d’une centrale toute neuve à l’architecture design, installée au milieu d’un champs de pâquerettes – MAGNIFIQUE ! En haut des deux cheminées, pas de fumée, pas de vapeur d’eau, non rien de tout cela : seulement des couronnes géraniums rouges et roses. C’est nouveau, il s’agit d’un mode de combustion révolutionnaire : une centrale aux géraniums enrichis. Les journalistes du monde entier sont présents le jour de l’inauguration, les officiels également et même le Président de la République !

Une sonnerie stridente, Monsieur le Maire se réveille en sursaut, c’est l’heure….

Les journées se poussent l’une l’autre. A la mairie un grain de sable vient enrayer le cours du temps : les bibliothécaires font grève, ils ne veulent pas travailler le dimanche.  C’est son quotidien, pas un jour sans de nouveaux problèmes. Problèmes qui le poursuivent jusque dans ses rêves. Il est en colère, très en colère, mais pour sortir du conflit il lui faut ouvrir des négociations. Il dort mal, le conseil municipal va décréter que tous les jours seraient des dimanches. Un vrai cauchemar, c’est complètement idiot ! Au début, il partageait ses rêves avec sa femme au petit déjeuner mais n’ose plus….

Dernier dossier en date, la corrida de Noël. Tous les ans l’organisation de cet évènement met les services municipaux sous tension. La moitié de la population est contre, il reçoit des lettres d’injures et est hué sur les réseaux sociaux. Faut-il continuer à organiser cet évènement ? Il est trop tard pour reculer. Une corrida pas comme les autres. A la place des éternelles vachettes c’est un escargot géant qui est au centre de l’arène. Il s’est bien battu et voilà qu’au bout de quarante-huit heures de combat, le toréro se prépare à décocher l’estocade. Tous les spectateurs sont debout, ils exultent. Eh ! Réveille-toi, tu as rendez- vous avec le préfet…

Les festivités de fin d’année sont également source de joie : distribution de cadeaux aux enfants, colis de Noël pour les personnes âgées. L’opposition a donné de la voix : pas de foie gras dans les colis. Le gavage de ces pauvres bêtes a pourri la réunion qui s’est éternisée et a dégénéré. Monsieur le Maire énervé a traité les conseillers de l’opposition de nains de la politique…Tout est parti en vrille.

Nain de la politique s’est traduit dans les rêves de l’élu en une séance de gavage. Des milliers de canards avec des têtes de nain de jardin. Il s’est réveillé encore plus fatigué que le soir au coucher.

Trois mandats c’est long, c’est même très long. Il ne se représentera pas. Il a envie de longues vacances, de penser à lui et à sa femme. Voyager, rêver et même glander…

Cette nuit, son rêve est bucolique. Dans de grandes prairies vertes, les employés municipaux peignent des fleurs de toutes les couleurs.

Ce contenu a été publié dans Atelier Petits papiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.