Les retrouvailles

Elle s’enferme dans cette attente en espérant un renouveau.
Mais rien…,Elle rêve et souhaite du plus profond de son coeur le revoir, mais rien…
Oui, rien du tout et pourtant la vie passe.

Elle se rend compte, qu’il faut lâcher ce vieux souvenir, au même moment, elle entend une dame d’une émission télé dire :  » Les couleurs opaline de l’attente et du renouveau sont semblables à la vie d’un rouleau de Sopalin ».

Un déclic, oui, elle comprit qu’il valait mieux sortir de toutes ses chimères.

C’est en vidant ses poubelles et en traversant la cour de son immeuble qu’elle senti de fines gouttes de pluie sur son visage.

Sous ce ciel nuageux, entrebâillé de fins rayons de soleil, elle comprit dès lors que la pluie qui s’est posée sur son visage était la pluie du renouveau venant cicatriser les plaies de son visage blessé par le manque…

Depuis plus de 2 ans maintenant, elle ne fait que rêver l’être qu’elle a tant aimé repousser.

Chaque jour suffit sa peine, mais cette peine journalière commune à chacun d’entre nous, s’exacerbe davantage quand elle repense au désir, à l’amour qu’il avait pour elle.

Elle n’en a eu cure de ce coup de foudre, elle voulait le fuir. Recevoir tant d’amour, l’effrayait, la terrifiait même.

Toutes les tentatives et les efforts de ce garçon furent sabotés, morts avant même de s’incarner véritablement.

Elle mimait l’indifférence quand ils étaient ensemble en salle de classe, mais l’aimait et l’aime toujours secrètement.

Mais, bien décidée à vivre d’amour et d’eau fraîche, elle a bien pris le virage serré du renouveau en rêvant de choses beaucoup plus concrètes.

Elle transforma son salon tous les jeudis en atelier de peinture, écrivant ses poèmes préférés sur des toiles…

Elle reprit le sport, rencontra du monde, bref elle avait façonné son petit havre de paix.

Deux mois plus tard, en sortant de l’aéroport, avec ses valises de souvenirs de vacances, elle se dirigea à vive allure vers la navette reliant l’aéroport Charles de Gaulle à la place de l’Etoile dans la capitale.

Il était 23h30, autant dire qu’il fallait qu’elle se dépêche, le bus allait partir dans 5 minutes.

Elle court fanfaronnant malgré elle, avec ses petits talons, ses bracelets, et le bruit de la valise qui roule sur le sol.

Au moment d’entrer dans le bus, elle double timidement quelqu’un, elle n’avait pas vu son visage distinctement avec la nuit.

Charmant jeune homme, il la laisse monter et monte derrière elle.
Subitement, elle se retourne, et voit celui qu’elle a tant chéri secrètement.

Les larmes commencent à jaillir, le son de sa voix vacille, et elle y va quand même :

 » – Ah tiens !! C’est dingue, ça fait bizarre de te voir ici. Comment vas-tu ? « 

La discussion a trouvé son ancrage.
Ils se sont assis l’un à côté de l’autre pour faire ensemble le trajet jusqu’à l’étoile.

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les retrouvailles

  1. Aliette S dit :

    que d’émotion !
    et cette fin, où, réunis, ils vont faire un trajet jusqu’à l’étoile et où cette image donne l’idée qu’ils partent au 7eme ciel !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.