Maman part en voyage

Sur le site touristique, elle avait vu : port du voile obligatoire. Interdiction de voyager seules pour les femmes. Mais maman n’avait pas voulu suivre les conseils donnés. Elle était montée sur ses grands chevaux et déclamé : je ne vais pas me laisser marcher sur les pieds nom de Dieu. C’est pas à mon âge qu’on va me faire chier !
On avait tous tenté, chacun avec une approche différente, de la dissuader de prendre ses vacances au Yémen. Mais maman est têtue, et c’est peu dire. Elle était partie sans nous le dire pour être sûre et certaine qu’elle embarquerait dans l’avion.
Elle avait son passeport, son sac à dos, ses lunettes de soleil et des T-shirts sans manches qui exhibaient ses bras blancs ballants.
Maman avançait vers la douane. Elle avait été scannée par les portiques, par le détecteur de métaux et maintenant pas des hommes pas très contents de la voir débarquer en t-shirt moulant léopard, un legging qui dévoilait sa cellulite et bien plus, beaucoup trop d’après eux.
Ils lui avaient dit : c’est quoi ça ? Enfin, c’est ce que maman avait compris : Ah ça ? C’est un vrai délice, vous voulez goûter ?
Les yeux ahuris et les sourcils bien froncés, ils l’ont attrapée par les épaules, enfin par les bretelles de son t-shirt pour ne pas effleurer sa peau.
Ils avaient fait appel à un interprète : quel est le but de votre visite ? C’est quoi cette tenue, c’est complètement irrespectueux de notre pays, nos coutumes ? Et ci, et ça…
L’interprète tentait vainement d’effacer les traces d’énervement que maman entendait pourtant bien dans le ton des douaniers. En plus, ils avaient fait venir la police, la police militaire. Ses vacances, tant attendues, prenaient un tournant bien merdique.
Maman s’agaçait et demandait à l’interprète : c’est quoi le problème en fait ?
L’interprète bégayait, ne la regardait pas dans les yeux ni nulle part d’ailleurs pour ne pas s’attirer les foudres de la police. Madame, c’est que, vous comprenez, vous ne pouvez pas vous habiller comme ça, pas ici, en plus vous êtes une femme, vous allez vous attirer des ennuis.
Ah le con, il en avait rajouté une couche l’interprète. Elle le fixa et lui dit : vous avez parlé avec mes enfants c’est ça ? Non, madame, c’est juste vos vêtements, c’est indécent.
Maman prit ses cliques et ses claques, elle fut vite arrêter par la police qui lui dit : vous allez où comme ça ? Au presbytère du con ! J’en ai ras-le-bol de vos conneries.
L’interprète traduisit sans les gros mots. Madame, ne vous emportez pas s’il vous plaît, je vous en supplie.
Le voyage de maman s’acheva aussi vite qu’il avait commencé. La police la remit dans l’avion retour et le vœu d’aventure le plus cher de maman ne put pas se réaliser. A son grand désespoir, elle n’avait ni photo de vacances, ni une belle expédition à raconter. Elle resta dans une grande torpeur jusqu’à sa prochaine lubie à explorer. Cela ne prit pas beaucoup de temps…

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Maman part en voyage

  1. Emmanuelle P dit :

    J’ai beaucoup ri ! Un tel récit mérite une mise en image, style bande dessinée.
    Les points de suspension impliquent une suite, non ?

    Merci Marija !

  2. Aliette S dit :

    hahaha ! Drôle et bien enlevé !

  3. Marija D dit :

    Merci Emmanuelle, merci Aliette pour votre retour.
    @Emmanuelle : les points de suspension impliquent que « maman » a bien l’intention de faire ce qu’elle veut quand elle veut et que ses bagages sont déjà dans l’entrée pour une nouvelle aventure 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.