Au clair de la lune

 Levez les yeux, regardez, c’est moi qui passe au-dessus de vos têtes.

Regardez bien, vous me verrez flotter dans l’air une cafetière à la main.

Vous vous demandez si je suis bien réel ? Comment en être sur ?

Je suis comme un nuage, je voyage, je sillonne le ciel.

Jamais je ne disparais.

Suivant sa couleur, la lune me donne une étrange clarté.

J’espère apercevoir un soir Jean de la Lune pour lui donner des nouvelles de la terre.

Passant au-dessus des villages, je jette un regard bienveillant sur le monde endormi et chantonne « au clair de la lune » pour aider les hommes à supporter les nuits blanches.

Je m’amuse à suivre fleuves et rivières et je ris de voir mon reflet dans l’eau transparente. Je suis heureux d’entendre le chant de l’eau sur les cailloux.

Lorsque j’arrive à la mer, je saute au-dessus des vagues tel un surfeur puis je m’y agrippe et me laisse flotter.

Rien ne m’arrête, rien ne me fatigue, je poursuis ma course autour de la terre une cafetière à la main.

Le matin dans le ciel coloré par l’aurore, après que les étoiles se soient éteintes, je peux monter très haut, très haut, rencontrer le soleil et m’y réchauffer.

Je suis immortel, une seule chose peut me tuer : une sonnerie stridente, le réveil du matin.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.