La solitude du soir

J’attends le soir et alors je respire. J’attends que le nuit tombe. J’attends que les bruits s’évanouissent. j’attends que tout le monde s’endorme. Et alors je me sens libre. Et alors je me laisse être qui je veux. Et alors je souffle enfin. Suivant la saison, je m’allonge dans l’herbe fraiche ou je m’installe devant la cheminée. Toujours une boisson chaude à la main. Je laisse la chaleur réchauffer mon corps et mon esprit. Parfois, j’ajoute un fruit. Je prend le temps de respirer. De me vider de la journée avant d’aller me coucher. D’assimiler mes pensées et mes émotions. D’affronter mes peurs. Parfois, j’écris mes réflexions ou des histoires. Je laisse mon esprit guider le stylo sans filtre. Je sais quand il faut écrire. J’ai les doigts qui picotent et le cerveau qui bouillonnent. Et parfois au contraire, je ne veux pas coucher sur le papier alors j’offre au vent. Je me demande tout ce qu’il a entendu dans ses voyages. Dans ces moments-là, je limite au maximum la lumière. Comme si je ne pouvais pas livrer ces mots en plein jour. Je tamise ou j’éteins. Le soir, je pourrais vivre dans le noir. Etonnant quand on sait que j’ai eu longtemps peur du noir. L’été, j’adore m’allonger dans l’herbe et regarder le ciel. Je laisse mes pensée vagabonder au gré de mes soupirs. Je ne sais plus trop où je vais avec ce texte, je me suis laisser emporter par cette phrase. Elle résume si bien la sensation du soir et de la nuit. on peut faire tomber les masques et être soi. J’ai beau être plutôt du matin, j’ai parfois besoin de cet espace du soir. De me retrouver seule avec mes pensées. Pour les laisser s’échapper ou pour les attraper. Tout dépendra du moment. J’ai passé de longues heures assise sur des rebords de fenêtre à observer les étoiles. A écrire mes premières histoires. A contempler la lune. A extérioriser mes émotions. a regarder le ciel. a noter ma vie dans des carnets. Et même si je le fait moins, j’aime toujours retrouvé cette sensation. Cette expérience de la solitude du soir. Je m’endors toujours le cœur plus léger et le sourire aux lèvres. Comme si tout ce qui est échangé dans la nuit, s’envole de mon cœur et de mon esprit. Comme si c’est le meilleur moment pour comprendre et avancer. Comme si tous les nœuds de ma vie se résolve à la leur des étoiles.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.