Tiens, un caillou.

Tiens, un caillou. Je me demande pourquoi il est sur la chaise. En plein milieu, comme s’il siégeait là, digne, fier, fort, empiriquement caillou, rouge, en plus. D’un rouge bizarre, comme un gris devenu rouge, comme de la lave en fusion. Comme un caillou, assis là, au soleil sur la terasse d’un café.De ce rouge que la roche acquiert au… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Il les regarde.

Il les regarde comme il regarderait de petites fourmis. Ses petites fourmis. Comme un enfant qui se serait vu offrir un terrarium et est, un noël, le Dieu de quelque part et de quelque chose. Depuis sa promotion, il est Dieu. Enfin, Sous-Dieu, Sous-Officier-Dieu. Dieu en chef, il est dans son bureau, le grand bureau au fond du couloir, à… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

A la clarté des lumières éteintes

A la clarté des lumières éteintes, dans la vérité de la nuit, j’appelle. Ma voix ne trouve pas immédiatement son chemin, tout juste fait-elle trembler la flamme incapable de stabilité, comme soumise au tumulte invisible de mon appel intérieur. Lorsque les mots se forment, si les idées se dessinentau loin, de traits même esquissés, je recommence. Mon appel doit être… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

J’étais seulement sorti pour une petite promenade

J’étais seulement sorti pour une petite promenade mais finalement, j’avais décidé de rester jusqu’au coucher du soleil, car je trouvais que c’était en allant dehors, qu’on était vraiment dedans. Dedans le monde, dedans la vie. A l’intérieur, entre les murs, je me sentais comme isolé, perdu, en dérive sur mon petit parquet de bois qui se transformait alors en îlot… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Elle avait fini la dernière page.

Elle avait finit la dernière page, jusqu’aux notes de la rédaction, jusqu’au nom de journalistes, elle avait même retourné la revue et en fixait maintenant le dos, son regard turbulent se posant maintenant aux quatre coins de la pièce sans s’arrêter. Elle sentait l’agitation la saisir, et la colère monter en elle à chaque instant. Elle était révoltée. Mais voulait… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

D’accord, okay.

D’accord. OK. C’est sur, j’ai un esprit très clair, et tu m’embrouilles avec tes explications pseudo- moralo-scientifique sur le végétarisme. Mais qu’est-ce que j’y peux, moi ça me saoule ces histoires de poussins broyés en nuggets. Voilà. OK ? JE L’AI DIT. Je suis un putain de monstre sans coeur, c’est dit. T’es saoulante Bérangère. Euh… tu veux tes comprimés… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Ton sourire avec moi.

J’aurais voulu avoir ton sourire avec moi, mais tu l’as emporté il y a bien longtemps, avec toi. Il a disparu dans tes pas: porte, jardin, portail, trottoir, route, rond point. Il a disparu très vite, emporté par le vent des mauvais jours. A l’époque, je t’ai regardé partir, mes jambes en béton me retenant sur le rectangle du petit… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

L’officier d’état civil

Je suis venue sans idée, sans amorce pour écrire aujourd’hui, pour éviter de penser. Mes pensées se tournent vers lui et lui, il n’en a pas la moindre idée. J’aurais peut-être dû aller chez ma mère pour planter des pensées, des géraniums et des myosotis pour qu’il ne m’oublie pas. Au lieu de ça, je pioche des petits papiers dans… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Petits papiers | Laisser un commentaire

La montagne en face de moi

La montagne en face de moi, je la vois dès le matin, c’est mon premier bonheur. Je préviens mon entourage : « vous allez voir un spectacle étonnant ». Et j’ouvre d’un coup les volets. Elle est là, tous les matins différente, embrumée parfois jusqu’à mi-pente quand un nuage s’est lové dans le fond de la vallée et n’en finit pas de s’étirer,… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Petits papiers | Laisser un commentaire

Mise à nu

Comment montrer ce que je ressens en ce moment. Sans mentir. Viser la sincérité. Exprimer précisément ma joie ou ma douleur. Mon envie sans qu’elle ne dévie. Je ne peux pas mourir sans l’avoir dit. Mais dire quoi ? C’est tellement intime et personnel. Moi-même aurais-je les mots. Je pourrais essayer de les mimer. Ballet de signes et d’expressions. Je… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

A bout de course

Je suis en retard, je cours à perdre haleine. Le vent balaie mes cheveux. Je sens la sueur qui goutte sur mon front. Vais-je arriver à franchir la ligne d’arrivée ? Oui, j’aperçois le buisson de jonquilles qui marque cette ligne. Les jouets sont autour des fleurs. Il n’était pas prévu que les enfants s’amusent au milieu de ces tâches jaunes.… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

Mon jardin

La rosée du matin enveloppe les fleurs de mon jardin. Elle forme une fine pellicule transparente sur la pelouse qui ressemble à un tapis saupoudré de sucre glace. Quelques gouttes d’eau perlent au bout des branches du cerisier. Le chant espacé d’un rouge-gorge ponctue agréablement le silence. Le parfum du lilas embaume l’air doux de cette matinée printanière. Quoi de… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Buissonnier | Laisser un commentaire

Page blanche

Je suis partie en petites foulées. J’ai failli me remettre au sport mais, il faut se rendre à l’évidence, je n’étais pas prête. Je m’étais fracturée le tibia il y a quelques mois et ma jambe gauche était encore fragilisée. Au lieu d’être exigeante avec moi-même, j’aurais mieux fait de me faciliter la vie : j’aurais pu aller fouiner dans le… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

Bonheur en retard

Lundi matin et comme d’habitude, je suis en retard. Pourtant, j’aime bien mon cours d’italien du lundi matin. Je suis en retard, pas parce que j’ai flâné dans les rues de Paris à la recherche d’une jonquille, une jonquille qui annoncerait l’arrivée du printemps. Je suis en retard, pas parce que j’ai passé mon week-end à jouer et que j’aimerais… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire