Par les yeux de ta mère

Le soleil brûle nos peaux, mais sèche nos tissus et fixe les pigments de nos teintures. Les vois-tu ma fille, les pauvres mains de ton père ? Osseuses et harassées par des années de famine, de guerres et de labeur. On dirait des osselets, si bien que j’ai peur à chaque mouvement brusque d’entendre mes phalanges s’éparpiller au sol. J’en voudrais… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Confidence de la mer à dieu

« On déconne pas avec la mer ! » C’est le gros Robert qui m’rabache ça tous les jours, qui brille, qui crache qui cotonne. Ya que quand l’vent siffle pu à mes oreilles que j’ai droit à la paix ; un trois mat ça sort pas sur l’eau plate. Le captaine, il sait le vent et la pleu. J’essaie d’voir comment, mais j’suis… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

La porte carmin

Nous étions si beaux, jouvenceaux juvéniles, naïvement idiots. On s’est gavé d’amour, comme si on ne pouvait s’en rassasier. J’avais l’impression de manger des cerises jusqu’à en éclater ou jusqu’à devenir Sumo. Deux sumos gonflés de câlins, de papouilles, de baisés, de passion. Ta façon de me défendre, contre tout et n’importe quoi jusqu’à plonger à corps perdu dans le… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Solitude parisienne

Courir à la rencontre d’un métro qui s’arrête trop tôt, qu’on n’aura jamais le temps de prendre ou presque. Sauter sur le gong et plonger dans une foule dégoulinante de sueur, recouvrant after-shave et autres parfums si délicat que leur mélange les rend irrespirables. S’agglutiner à eux, pour ne pas tomber à chaque freinage brusque d’un chauffeur fou, annuellement Halloweenesque.… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Monologue à moi même

Me comprends-tu Marcel ? Il fallait que je parte ! Il aurait été incongru de rester planté là, tel un poireau « empotagé », à contempler tout ce monde désinhibé qui avait oublié jusqu’à l’essence du mot pitié. J’ai couru, j’ai poussé, j’ai renversé au moins un hectolitre de breuvage houblonné sur ces cinq mètres qui me séparaient de la sortie ; rentrant les épaules… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Miaou, Miaou

- Miiiiiiaou, Miiiiiiiaou… Miaou, Miaou, Miaou. Quand il était content, il miaulait. C’était quelque chose qu’elle avait beaucoup de mal à concevoir. A dire vrai, ça lui donnait envie de le frapper, pour ôter ce sourire béat de son visage encore poupon, pour le faire cesser, cesser, cesser d’être content, cesser de miauler avec son grand sourire de grand enfant… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Le sable témoignera

Nos pas sur le sable témoigneraient encore le temps d’une marée, de notre passage. Ils semblaient pour tous inscrits avec force, détermination & précision. Chacun de nous deux imprimait son talon, bien net & les 5 doigts venaient ensuite. L’eau sous-jacente, en se retirant, créait dans le sable des marbrures, plus ou moins ocrées qui, avec le temps, rapidement varieraient… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

Barbe à Papa

Sophie, rouge d’excitation, hurlait à travers les chambres des enfants : « moi, j’aime la barbe à papa, oui, oui. Dis Bon papa, tu pourras nous en acheter ? dis, tu le promets ? » Ce goût prononcé pour cette sucrerie enturbannée & colorée lui venait d’une sortie à la fête foraine avec ses cousins. Ce jour-là, elle découvrait pour la première… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

Je voue à vous

Je vous, heu… voilà, je vous… je voulais vous… je voulais vous dire, que je voulais vous dire, quelque chose d’important. quelque chose pour vous seulement pour vous voilà ! c’est ça Juste pour vous parce que c’est vous.… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Nos traits d’union

C’est jeudi, le jour de Jupiter. Le jour pour jouer. Le jour pour jouir de la vie. Le jour de la gourmandise ! Le jour où je suis là-où-tu-es-là. Où tous les deux, on s’enlace. Le jour saint qui n’est pas dimanche. Le jour où je dis oui. Où tu dis oui. Dis-moi, tu dis oui, hein ? Dis-moi, même si je… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Un commentaire

En apesanteur

Il tourne, rien qu’avec les épaules. D’une petite poussée vers la gauche, d’un battement de doigts de pieds. « Chers amis, me voyez-vous sur vos petits écrans ? » Il attend une réponse, les pieds collés au plafond. A moins que ce ne soit le sol ou le mur ? Zut, il a perdu ses repères. C’est que tout s’est mis à bouger,… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier au Long cours | Laisser un commentaire

Rencontre choc

Tiens, prends en un ! Quoi, j’ai pris quoi ? Toc, un coup de poing dans la mâchoire. Je ne m’y attendais pas. Mais c’est qu’il a de la force ce petit mécréant. On s’est rencontré voilà à peine cinq minutes. Il a tout d’abord joué les timides, se cachant dans les jupes de sa grand-mère, mais il n’a pas mis deux… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

La fin de l’été

Les vacances sont terminées. Il est temps de refermer les valises, de préparer les sandwichs avant de prendre le train. Mais où caser le pot de miel et les figues gorgées de soleil ? Ce n’est pas le moment de les écraser et de risquer de se voir cernée par un essaim d’abeilles, qui voudront leur part de sucre. Je… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire

Quand la musique est bonne

Tout est bien qui finit bien. Mais on le savait déjà, on avait lu le livre, on avait vu le film en noir et blanc puis en couleur, sur grand écran et sur le petit dans le coin cuisine. Alors oui, on la connaissait la fin de l’histoire. Et on avait beau le dire et le redire, les p’tits jeunes… Continuer la lecture →
Publié dans Atelier Papillon | Laisser un commentaire