Captive en haute mer

 

Savannah écoutait attentivement le tic-tac ; les jours s’égrainaient sans s’elle s’en rende vraiment compte. A travers les brumes diffuses de son esprit, elle distinguait quelques fois l’aube poindre par le hublot. Le roulis des vagues lui était familier, de même que la sensation du bois, les pieds nus sur le plancher.

La porte s’ouvrait parfois. Une personne apparaissait alors, un plateau de nourriture tendu vers elle. Devant son ignorance non feinte, l’individu posait sa charge sur une petite tablette et repartait en prenant soin de verrouiller la porte. 

Dans son univers mental, Savannah courrait dans les herbes hautes, les cheveux aux vents ; elle riait à gorge déployée avec ses amis ; elle cueillait des fleurs qui orneraient la cuisine ou se reposait au creux des bras de son amant.

Dans la réalité, noyée dans sa fixité, elle demeurait assise sur le sofa de la cabine du nouveau capitaine, en face du carillon de son père. Rien, pour le moment, ne parvenait à la sortir de sa torpeur.

Le mousse Aldine veillait au grain. Il hasardait de temps à autre un œil à travers le trou de la serrure. Une tristesse indicible l’étreignait à la vision de cette jeune femme à qui le sort avait cessé de sourire. Des vents contraires s’étaient mis à souffler sur sa vie. Le cyclone avait enclenché cette mutinerie et balayé tout ce que la pauvre enfant connaissait. Une étincelle, l’horreur des vagues charriant les corps de ses défunts parents auxquelles avaient succédé le silence de la captivité. Le capitaine voulait en tirer un bon prix, peu importait le traitement qu’il lui infligeait.

Aldine comprenait désormais la logique implacable de l’océan.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Captive en haute mer

  1. Elise V dit :

    Pour fluidifier la lecture du texte, j’ai légèrement modifié le premier jet écrit au cours de l’atelier en supprimant deux répétitions :
    – « à travers le hublot » remplacé ici par « par le hublot »
    – « pauvre » supprimé devant « jeune femme à qui le sort »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.