Gertrude

Gertrude
Un matin d’août , Gertrude s’était levée de fort mauvaise humeur.
Son chat roux avait disparu, le ciel revêtait un teint grisâtre et ses lunettes demeuraient introuvables.
Depuis toujours, sa petite maison aux gros hortensias bleu, coincée entre deux grandes bâtisses, lui donnait de l’eczéma. Tous les soirs, elle priait pour que ces édifices disparaissent et tous les matins Gertrude ouvrait ses volets bleu azur et constatait que le miracle tardait . Les bâtisses demeuraient.
Aussi ce matin d’ août, Gertrude saisit son édredon rouge framboise , mit dans son vieux panier d’osier quelques légumes et fruits de son jardin et après avoir arrimé ses modestes bagages dans sa petite carriole vert pistache ,elle enfourcha son vélo et pédala vers la côte sauvage.

Connue pour ses escapades, une voisine ne tarderait pas à alerter les villageois . Gertrude était celle qui disparaissait quelques jours et revenait. Au début, la panique les avait saisis, puis ils s’étaient habitués à ses échappées.
Ce jour d’ août , Gertrude avait programmé son départ sans retour.
Gertrude ne voulait plus d’un horizon rétréci .
Elle voulait savourer sa solitude avec la mer et le ciel pour compagnons.
Gertrude ramasserait des coquillages , écrirait des poèmes et contemplerait le lever et le coucher du soleil.
Son chat l’avait quitté .
Elle était lasse des causettes sans profondeur, épuisée des paroles creuses .
Rien ne la retenait.

Son dernier souhait : être seule face à la Nature.
Sur la table de la cuisine en formica , la vieille femme avait laissé une lettre de sa belle écriture marine : « Je vous ai rencontré, aimé comme je l’ai pu pendant ces longues années.
Je vous demande une faveur.
Ne me cherchez pas !
Respectez mon dernier choix.
Ne m’obligez pas à vivre dans une maison de retraite.
Je souhaite la mer et le ciel comme derniers murs ;
Je souhaite également rêver , contempler .
Me trouver enfin ».

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.