La lune meurt toujours en silence

Dans le désordre de l’atelier, derrière les pinceaux dressés dans l’obscurité, un homme en blouse s’affaire. Une pile de chiffons s’envole en tous sens sous ses gestes fébriles. Ses mains moites, maladroites, cherchent quelque chose. La lune rebondit en silence sur les dalles de béton ciré. En proie à des flammes intérieures, lui ne voit rien. Il ne voit rien, alors il cherche. Il froisse, il plie, il tord, il s’empare, il jette, s’arrête, repart. Cette nuit, les couleurs le débordent – pourtant, elles lui échappent. Manches retroussées, maculé jusqu’au cou, rien ne lui vient. Alors il saccage tout. Sur les dalles de béton ciré, la lune meurt toujours en silence.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La lune meurt toujours en silence

  1. Emmanuelle P dit :

    Ma-gni-fi-que !!! Que de poésie ! Le décor est planté, je visualise la scène…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.