Les feuilles d’Alchémille

Le matin en mai, il fait frais. Le soleil timide inonde la terrasse d’une lumière douce. Il traverse les feuilles du hêtre ombrageux. Ses rameaux vert tendre s’entremêlent et dessinent des formes plus sombres tissant une étoffe de verdure nervurée. Au loin, l’eau bruisse, murmure, je sens qu’elle court le long du rivage calme. Il est bordé de plantes. Le géranium à peine fleuri, dresse ses boutons roses. Des petites têtes qui cherchent le soleil et se lancent vers le ciel et la lumière bienfaitrice. Les feuilles d’Alchémille couleur amande, larges et creuses comme une main offerte, ont recueilli à l’aurore, l’eau fraiche de la rosée. Sur leur peau veloutée, de grosses perles brillantes tremblent dans l’air odorant.

Ce contenu a été publié dans Balade-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les feuilles d’Alchémille

  1. Lydie L dit :

    L’alchémille est aussi appelée « pied-de-lion », ou « plante des alchimistes ».
    Les alchimistes du moyen âge sont à l’origine du nom.
    On dit qu’ils utilisaient la rosée de la plante considérée comme une eau du ciel ou une eau céleste et s’en servaient pour leurs travaux en vue de préparer la pierre philosophale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.